Articles divers en nutrition sportive

La dépense énergétique du sportif

La dépense énergétique (DE) journalière correspond à la DE due au métabolisme de repos ainsi qu’aux DE liées à l’activité physique, à la thermorégulation, à l’activité cérébrale, etc.Le métabolisme de repos correspond à la DE requise pour assurer le fonctionnement physiologique d’un individu éveillé allongé, à neutralité thermique et à jeun. Les organes vitaux tels le cerveau, le coeur ou le foie ont une activité métabolique très intense et par conséquent leur DE représente une part conséquente du métabolisme de repos.


Les formules ci-dessous vous permettra d’estimer votre métabolisme de repos (en MJ) par jour suivant votre sexe:

Homme :

MB = 0,276 + {0,0573 x Poids(kg)} + {2,073 x Taille(m)} - {0,0285 x âge (années)}


Femme :

MB =2,741 + {0,0402 x Poids(kg)} + {0,711 x Taille(m)} - {0,0197 x âge (années)}


(Pour rappel : 1 kcal = 1MJ *1000/4.18)


Quant à la DE énergétique liée à l’activité sportive, elle peut représenter de 15 à 30 % de la DE totale. Chez les sportifs de haut niveau tels les coureurs du tour de France, la DE journalière peut aller jusqu’à 6000 kcal.


Vous trouverez ci-dessous une évaluation de la DE lors de différentes activités physiques pour un homme de 70 kg:


Marche
180 kcal/h

Course
70 kcal/km

Natation (3 km /h)
624 kcal/h

Ménage
227 kcal/h (et oui, le ménage est bon pour la ligne. Pensez-y messieurs!)

Tennis
450 kcal/h

La pratique régulière d’une activité physique augmente  notre DE non seulement pendant cette activité mais aussi pendant les heures suivantes : en effet, la fin de l’activité s’accompagne d’une augmentation de la consommation d’oxygène par rapport au repos (avant le sport) signe d’une élévation de la DE. Cette consommation en excès appellée aussi EPOC (excess post exercise consumption) est due à des processus métaboliques variés liés en majorité à la restauration de l’état initial (par ex restauration des stocks de glycogène). La durée de l’EPOC varie principalement suivant la nature, la durée et l’intensité de l’exercice mais aussi le niveau d’entraînement du sportif.


La pratique d’une activité physique permet non seulement une augmentation de la DE durant l’activité et la récupération mais également, à plus long terme, une augmentation du métabolisme de repos due à l’augmentation de la masse musculaire. La masse musculaire étant plus active métaboliquement que la masse grasse, il en résulte une plus grande DE journalière pour un même poids.

La pratique d’une activité physique est donc un moyen essentiel pour lutter contre l’obésité et nous sentir plus en forme. Nous devons toutefois tenir compte de cette plus grande dépense énergétique lié au sport pour l’élaboration de régimes et notamment chez les adolescents en pleine période de croissance.

Bibliographie

Bahr R, Maehlum S. Excess post-exercise oxygen consumption. A short review.
Acta Physiol Scand Suppl. 1986;556:99-104.

Martin A. (coord.), Apports nutritionnels conseillés pour la population française, éditions Tec & Doc Lavoisier / AFSSA, Paris, 3e édition, 2001

Sedlock DA. Effect of exercise intensity on postexercise energy expenditure in
women. Br J Sports Med. 1991 Mar;25(1):38-40.

PUBLICITE
PUBLICITE
boisson-sport
NUTRIMOVE, expert en nutrition
Bannière
PUBLICITE

Sélection de dossiers :

Marathon

glucides

Nos autres sites :

En ligne ?

Nous avons 11 invités en ligne
Copyright © 2017 Dietetiquesportive. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.