Bouteilles

Quelle quantité de boisson les joueurs de hockey boivent-ils pendant un match ?

L’hydratation pendant les sports collectifs et notamment le hockey est peu étudiée. Dans les 2 prochains billets, je vous invite à découvrir les stratégies d’hydratation des joueurs de hockey, volley, basket et handball à travers 2 études scientifiques.

Commençons par le hockey !

Un début de match en état normohydraté

Une étude menée sur des joueurs juniors de hockey canadiens révèle que les joueurs commencent leur match en état d’euhydratation : ils boivent d’ailleurs en moyenne 0.6 l avant le début du match.

Des pertes sudorales importantes

L’environnement froid des patinoires engendrent des pertes sudorales conséquentes. Pour une présence sur la glace qui varie entre 18 et 24 min, les pertes d’eau ont atteint 3.2 l en moyenne pendant le match.

Un apport de boisson insuffisant pendant le match

L’apport d’eau via les boissons est quant à lui insuffisant pour compenser entièrement les pertes. Chez 1/3 des joueurs, la deshydratation mesurée dépasse les 2 %, avec risque de baisse de performance.
Toutefois, les chercheurs ont pu noté que les hockeyeurs buvaient plus de 2 litres, soit une quantité d’eau relativement élevée. Mais qui reste, il est vrai, insuffisante, pour compenser totalement les pertes hydriques.

Quel type de boisson pour les hockeyeurs ?

Bouteilles
Bouteilles

L’étude a montré que les jeunes joueurs de hockey préféraient boire de l’eau ou une boisson sucrée avant le match. Par contre, ils boivent uniquement de l’eau pendant le déroulement du jeu.
Par ailleurs, l’ingestion de sodium étant faible, on enregistre un déficit de sodium à la fin de la partie.
Cette étude montre la nécessité d’une véritable stratégie d’hydratation pendant un match de hockey afin d’assurer des apports hydriques et nutritionels adéquats.

Bibliographie hydratation et hockey

Logan-Sprenger HM, Palmer MS, Spriet LL. Estimated fluid and sodium balance and drink preferences in elite male junior players during an ice hockey game. Appl Physiol Nutr Metab. 2011 Feb;36(1):145-52.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *